Les finances communales à la dérive

Les décisions votées lors du dernier conseil municipal laissent de sérieuses questions :

 

- Comment peut-on établir un budget en avril sans faire une analyse financière complète des coûts d’investissement du projet culturel ? 

 

- Comment faire un nouvel emprunt de 800 000€ en mai après celui de 1 000 000€ en début d’année ? 

 

Il est vrai que le maire et ses adjoints n’en sont pas à leur première aberration en ce qui concerne les finances de la commune. Cette absence de maîtrise budgétaire depuis le début de la mandature s’est traduite par :

  • une augmentation massive des impôts communaux
  • une vente massive de biens immobiliers communaux
  • par des projets pharaoniques de constructions immobilières privées inadaptées pour notre village
  • par un « pompage » de la trésorerie communale, tout ceci pour faire un cumul d’investissements surdimensionnés. Pour être raisonnable, un tel investissement aurait dû être fait sur 2 mandatures, et de manière chronologique. En effet, le bon sens implique d’investir après avoir remboursé tout ou parti de la dette et non l’inverse.

En avril, au moment du vote du budget, la dette était de 3.600.000€. Avec le nouvel emprunt elle passe à 4.400.000€, soit donc un taux d’endettement record de 11 années de résultat de fonctionnement. Pour information, une bonne gestion communale préconise d’avoir un taux d’endettement de l’ordre de 5 ans, et maximum de 8 ans, soit 2.000.000€ à 3.000.000€ d’endettement. Avec un taux de 15 ans, une commune n’est plus en mesure de rembourser sa dette et doit être mise sous tutelle .

 

Même après remboursement d’une partie de la dette, étant donné que la trésorerie communale aura été en partie « pompée » il n’y aura plus de marge de manœuvre pour le futur. 

 

De plus, seule la première partie du projet culturel est budgétée et pas la seconde. Pour rappel, l’idée de la municipalité est de transférer le périscolaire de l’ancienne école maternelle vers la nouvelle école, avec des coûts d’investissements d’adaptation non négligeables pour les deux. 

 

Tous ces projets (agrandissement de la salle polyvalente, dojo, enfouissement, projet culturel, etc. ) impliquent des augmentations significatives des coûts de fonctionnement de la commune, et donc une augmentation du taux de la dette,  la commune économisant moins pour la rembourser. 

Ce poids de la dette sur le budget de fonctionnement n’a jamais été évalué par la municipalité. Pourtant, il s’agit de l’élément financier le plus important à prendre en compte pour chaque projet, plus que celui de l’investissement. En ordre de grandeur, le delta des coûts de fonctionnement sur 100 ans est 3 fois celui de l’investissement. Il sera de l’ordre de 120 000€ par an pour les projets engagés, soit une réduction de 30% des résultats actuels de la commune

 

La dette se creuse, les résultats financiers se réduisent, les capacités d’actions s’éteignent… La devise du maire est bien : « après moi le déluge », peu importe les conséquences pour le futur.

 

À côté de cette mauvaise gestion des finances communales, trop dispendieuse, on peut s’interroger sérieusement sur certains postes de charge. Par exemple, dans le nouveau budget, les frais de communication sont multipliés par 5, alors que la formation du personnel (qui démissionne en masse) est divisé par 4, ainsi que l’entretien/ réparation courant de la voirie. Monsieur le Maire privilégie sa communication plutôt que le bien-être de ses employés ou le quotidien de ses administrés.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 12
  • #1

    auguste nicole (mardi, 05 juin 2018 21:00)

    un désastre,qui ne dérange pas celui qui en est la cause???

  • #2

    anonyme (mercredi, 06 juin 2018)

    la ville de chantilly a confié à une société privée la verbalisation pour le stationnement. Notre policière municipale n'étant pas remplacée , notre maire envisage t'il d'adopter la même politique ? D'un côté il économise en frais de personnel, et de l'autre il peut peut être espérer des recettes supplémentaires ?

  • #3

    sv (mercredi, 06 juin 2018 18:25)

    Toujours personne parmi ses proches pour lui suggérer l'idée d'une démission?

  • #4

    Charmilles (jeudi, 07 juin 2018 08:41)

    C'est ce qui s'appelle vivre au dessus de ses moyens.

    Concernant la verbalisation, il faudrait peut être commencer par réfléchir au stationnement en général et apporter des solutions intelligentes.

  • #5

    chab (vendredi, 08 juin 2018 11:09)

    bien évidement je suis d 'accord avec Charmilles mais rue des rivaux c'est fait avec les riverains alors il faudra dire aux riverains d 'etre intelligent et qu'ils ne sont pas les seuls a circuler dans Orry , idem rue des Jonquilles et en partie idem rue de Montgrésin , les bras m'en tombent...chacun pour soi voilà ce qui prévaut dorénavant dans cette commune

  • #6

    Greg (vendredi, 08 juin 2018 16:09)

    Réponse cordiale à Chab
    Prkoi parlez vous d'intelligence pr les habitants des rues citées?
    Pr vivre ds une de.ces rues, je le prends personnellement mal.
    Est ce manquer d'intelligence donc que d'avoir le.droit de sortir ou de rentrer chez soi ? Est ce donc manquer d'intelligence que de chercher une solution pour avoir ce droit légitime ? Il me semble que non, et que le manqur d'intelligence viendrait plutôt des automobilistes se garant où ils veulent sans se soucier du bien-être des riverains et habitants de ces rues. Mais c'est vrai, pardonnez moi mon manque d'intelligence et mon égoïsme acharné, je vais donc rester cloitrer chez moi qd des gens super.intelligents.et dotés d'un immense savoir vivre collectif se garent devant chez moi et trouvent le.moyen de gueuler qd on ose leur demander de se pousser.

  • #7

    Charmilles (samedi, 09 juin 2018 21:33)

    Greg : je comprend tout à fait le problème, car je l'ai vécu. Quand on doit attendre que la personne daigne venir enlever son véhicule et que l'on se fait agresser si on dit quelque chose, on finit par être excéder. Ces gens n'aimeraient pas qu'on leur fasse la même chose, alors qu'ils réfléchissent avant de se garer.
    La liberté d'aller et venir est un droit et non un comportement égoïste.

  • #8

    Chab (lundi, 11 juin 2018 13:52)

    réponse sympath à Greg !
    Non je parle d 'intelligence des personnes habotyant rue des riveau parceque justement les personnes critiquent ce qui a été fait !
    Pour moi les premiers concernés sont les habitant de la rue mais ensuite tous les habitants qui pratique cette rue . Au bout du compte ce qui satisfait les uns , je crois ne satisfait pas forcément les autres

  • #9

    Chab (lundi, 11 juin 2018 14:16)

    L article initial sent l'expertise financière . je n 'y comprends rien car je dois dire que l'orqu'on me parle de 1 M€ d'nt en début d'année etempru ensuite d 'un autre emprunt de 800 K€ plus tard si je je calcule bien ça fait 1 800 000 €
    Comme le dit l'article initial la dette etait de 3 600 000€ lors du vote du budget en Avril . (Dans ma ste la dette comme partout s'etablit sur la fin du budget précédent)
    alors si je rajoute les nouveaux emprunts ça fait 5 400 000 € et non 4 400 000 comme c'est dit dans l article . je suis désolé de ne pas comprendre votre explication qui demande des éclaircies pour ma petite tête.

  • #10

    Lapinou (mercredi, 13 juin 2018 22:18)

    En relisant l'article, on comprend que la dette était de 3,6 M€ en avril, alors qu'un emprunt de 1 M€ avait déjà été contracté (avant avril), et si l'on rajoute le dernier emprunt de 0,8 M€ (postérieur à avril), on aboutit bien à 4,4 M€.
    Si j'ai bien tout compris ?

  • #11

    Nathalie (mercredi, 13 juin 2018 22:22)

    Merci Lapinou, Chab avait du mal à suivre... ;-)))

  • #12

    chab (vendredi, 15 juin 2018 10:28)

    oui t as raison , merci