Le festival de musique annulé

Nous reproduisons ici un communiqué du président des Estivales d’Orry. On peut constater que les raisons de l’annulation sont un peu différentes de ce que prétendait Monsieur le Maire dans son édito malvenu du bulletin municipal :

 

"Chers amis,

 

C'est avec d'immenses regrets que je dois vous annoncer l'annulation du festival pour l'édition 2017.

 

Depuis sa création le festival n'a cessé de monter en puissance, tant au niveau des conditions techniques, de l'accueil des festivaliers, que de la notoriété croissante des artistes proposés.

 

C'est dans cet esprit que nous avions démarré la programmation pour cette année, mais plusieurs événements nous ont contraints à prendre cette difficile décision.

Voici la petite histoire d'un petit festival qui voulait devenir grand.

 

Après avoir programmé les meilleurs guitaristes du continent, puis reçu des épées qui venaient d'autres contrées, nous avons dû nous rendre à l'évidence : pour attirer plus de public il faut des noms. Plus le nom est connu, plus il fait recette et plus il est cher et exigeant "The Artist". Mais pour répondre à ces demandes il faut des fonds et c'est là que ça coince.

 

Vous faites vos demandes de subventions à la Région, au Département, à la CAC locale et après vous pleurez.

Si vous ne participez pas aux soirées de l'ambassadeur et si pour vous préfet est synonyme de carte grise, vous vous contenterez du minimum syndical alloué à toutes les festivités du coin.

 

Pas un euro de la Région, le Département débloque 2300 euros, et un refus systématique et stigmatisant de la part de la communauté de communes de Chantilly.

 

Puisqu'on est dans les confidences entres amis, aujourd'hui pour pouvoir accueillir un artiste dont la jauge est d'un millier de personnes, le budget global tourne environ à 40 000 euros la soirée. Le cachet de l'artiste représente en gros 50% de ce budget. Le reste est constitué de frais techniques que nous tentons chaque année de négocier, mais à un certain niveau de notoriété l'agent de l'artiste refuse les compromis et préfère ne pas donner suite pour diverses raisons : notre scène est trop petite ou notre système son ne lui convient pas ou parce que l'hôtel n'a pas 5 étoiles par exemple.

 

Ils sont bien dans une autre galaxie ces chanteurs dans la langue de Molière ! Depuis 6 ans nous avons reçu des artiste anglais ou américains qui ne se posent pas ce genre de questions, ils veulent jouer et tant pis s'il manque une lumière ou si la cantine n'est pas étoilée au Michelin.

 

Dès la création du festival, la commune d'Orry-la-Ville nous a toujours soutenus, nous en profitons pour remercier les deux dernières municipalités qui n'ont jamais cessé de nous accompagner dans cette aventure tant au niveau financier que technique. Encore merci.

 

Comme les habitants d'un certain village Gaulois bien connu, nous voulons résister et tenter de faire bouillir la marmite de potion magique afin d'anéantir l'ennemi qui veux nous déloger.

 

C'est dans cet esprit que nous tenterons de revenir en 2018 pour vous retrouver, car il est là notre plaisir à nous.

 

Que la musique soit avec vous.

 

Le Président des Estivales d'Orry.

Thierry Ripart"

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    PL (mercredi, 05 juillet 2017 15:10)

    Ce n'est pas la star qui fait l'audience mais l'audience qui fait la star ! .

  • #2

    Chab (samedi, 15 juillet 2017 11:46)

    En clair la CCAC ne veut pas du festival ça fait de l'ombre !