Histoire de barrières et de piquets

• Devant la boulangerie, à la place des charmants piquets de bois qui séparaient la partie stationnement de la partie piétonne, ont été installées des barrières vertes métalliques (voir photo ci-dessus). Nous estimons y avoir perdu en charme et en esthétique.

• Rue de la gare, proche de l’angle de la rue de Montgrésin, ont également été installées ces barrières métalliques vertes (voir photo ci-dessus). Selon la mairie (voir article sur site municipal http://www.ville-orrylaville.fr/stationnements-et-incivilites/), ceci a été fait pour mettre fin aux «incivilités» des personnes qui se garaient à cet endroit.

Il y avait auparavant 3 places de parking à cet endroit-là, que M. le Maire et ses adjoints ont choisi de supprimer pour « fluidifier le trafic », privant ainsi les Orrygeois de ce confort d'aller faire un saut rapide chez le boucher ou le primeur, et privant les commerçants de stationnements pourtant rares – et de plus en plus rares – en centre-bourg.

Nous nous étions déjà opposés à cette suppression de places (voir article ici), et si nos élus veulent fluidifier le trafic, nous les invitons à revoir complètement le fonctionnement du croisement rue de la Chapelle/rue d’Aumale/rue de Senlis, qui est un vrai désastre en termes de circulation et qui exaspère les conducteurs et les riverains.


• A l’angle de la rue de la gare et de la rue du château, à l’endroit du futur feu tricolore bientôt mis en fonctionnement, ont été installés de jolis piquets de bois pour accompagner l’arrondi du trottoir (voir photos ci-dessus). Cela nous semble plutôt harmonieux et bien réussi.

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    chab (lundi, 20 mars 2017 19:21)

    Mouaiii, élevons le débat ! c'est de pire en pire , vous êtes sérieux là ?

  • #2

    Maurice (lundi, 20 mars 2017 23:08)

    Chab, au moins quelqu'un nous informe de ce qui se passe... Et puis oui, le bois c'est plus hamronieux que le métal, non ? Vous êtes pas d'accord?