Points à retenir du Conseil Municipal du 15 septembre 2016

Partagez cet article!

C’est un Conseil Municipal rapide (à peine 45 minutes) qui s’est tenu ce jeudi 15 septembre, et le nombre de conseillers municipaux présents était bien faible, le quorum a été atteint de peu…

 

L’ordre du jour était assez léger, nous avons retenu deux points importants :

  • Plantation d’arbres au cimetière communal 

Il a été voté à l’unanimité la plantation d’arbres au cimetière communal, avec le concours du Parc Naturel Régional.

 

Commentaire : vu l’état de délabrement d notre cimetière, tout ce qui peut être fait pour en améliorer l’aspect nous semble très positif. Cet effort doit être poursuivi pour la mémoire de nos morts, et la dignité qu’exige ce lieu de recueillement.

  • Achat du fonds de commerce du Café de la Mairie par la Municipalité

Le Café de la Mairie étant à vendre, et la commune étant propriétaire des murs, Monsieur le Maire explique que l’achat du fonds de commerce (50.000 €) par la mairie pourrait être une occasion de « prendre la main » sur l’avenir de ce local. Le « principe » d’une étude plus approfondie est voté à la totalité des présents moins 5 voix, suite à un débat sur le sujet.

 

Commentaire : nous ne voyons absolument pas l’intérêt d’un tel rachat. 

« Prendre la main » sur le local nous semble un faux prétexte, puisqu’en étant propriétaire la commune a déjà la main sur la location, via le bail qui est consenti. 

Idem pour l’argument « c’est fait pour préserver nos commerces ». En quoi le fait que la Municipalité achète ce fonds de commerce préservera-t-il ce commerce ? A notre connaissance, ça n’est pas l’équipe municipale qui se tiendra derrière le bar pour maintenir le commerce ouvert une fois le fonds de commerce acheté. Un rachat par la Municipalité impliquerait nécessairement une période de fermeture du commerce, en attendant qu’un repreneur soit trouvé. Et ça peut mettre du temps… 

Cette solution ne nous semble pas aller réellement dans le sens de la préservation de nos commerces.

Au-delà de ça, on peut légitimement s’interroger : est-ce la vocation d’une mairie d’acheter des fonds de commerce à la place d’un acquéreur privé ?


Pour commenter sans que votre nom apparaisse, veuillez cliquer sur Déconnexion Jimdo tout en bas de la page

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    Phil bty (mardi, 20 septembre 2016 19:45)

    Oui je ne vois pas très bien l'objectif de ce rachat alors que la mairie est déjà propriétaire
    Affaire à suivre
    On va comprendre
    Personne n'a posé la moindre question à cette annonce?

  • #2

    nicole (jeudi, 22 septembre 2016 20:58)

    au fait,aurons-nous les moyens de rembourser le prêt du terrain l'Oréal;bien peu d'infos importantes !!!!

  • #3

    Caron (samedi, 24 septembre 2016 15:06)

    Ben ma pauvre Nicole, nous ne sommes pas prêts de rembourser ce prêt. Il semblerait que des recours aient été formés contre le permis de construire du building prés de l'école, et comme c'est la vente de ce terrain qui devrait solder ce prêt, nous comprenons, en cherchant sur le net, que cela peut prendre entre 12 et 24 mois pour que le tribunal se prononce. Alors, en attendant, patientons et surtout payons les intérêts.

  • #4

    AA (dimanche, 02 octobre 2016 17:05)

    Un fond de commerce ne vaux plus rien aujourd'hui ! Pourquoi payer 50.000 euros quand en plus on est propriétaire des murs. Elle ne pourra jamais revendre le fond et nous devrons payer sur nos impôts les 50000 euros !
    On touche le fond et on creuse encore.

  • #5

    batisite (mercredi, 19 octobre 2016 12:21)

    bonjour
    on oublie décidément facilement. Certains se plaignent du prêt pour le terrain l'Oréal mais oublient deux choses
    1/ prendre possession du terrain l'Oréal permettait d'éviter ce qui pouvait se produire : y voir se construire des hangars. Cet achat a été fait pour moins de la moitié du prix d'achat payé par L'Oreal (4,2 millions)
    2/ le prêt de 1,8 millions devait être remboursé en moins d'un an par la vente de 1,5 ha sur Les 10 ha du terrain l'Oreal (pour construire une vingtaine de maisons près des autres maisons au fond du terrain). La municipalité avait donc acquis ainsi 8,5 Ha pour .. 1 euro ! Mais l'actuelle municipalité ayant fait campagne en disant qu'elle ne voulait pas construire cette vingtaine de maison au fond du terrain, il faut donc en conséquence rembourser le prêt .. sans rentrée associée. On a toujours la conséquence de ses décisions, mais encore faut-il les assumer et ne pas les reporter sur les autres. Ceci d'autant plus que plus de 150 logements vont être construits comme l'a décidé la municipalité actuelle... mentir est une bien vilaine chose.