Article Oise Hebdo du 4 mai 2016

Partagez cet article!

 

Voici l'article paru dans Oise Hebdo le 4 ami dernier, suite à notre action lors de la remise de la pétition à M. le maire. 

Vous pouvez télécharger ci-dessous cette page au format pdf.

Télécharger
Article Oise Hebdo 3 mai 2016.pdf
Document Adobe Acrobat 1.2 MB

Pour commenter sans que votre nom apparaisse, veuillez cliquer sur Déconnexion Jimdo tout en bas de la page

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Yves Mineraud (vendredi, 06 mai 2016 10:02)

    Bonjour,

    c'était plaisant de voir cette mobilisation des Orrygeois contre la destruction de ce qui fait le charme de leur lieu de vie.
    Et les 441 signatures, que le Maire trouvent insignifiantes, représentent un succès réel.
    Ceux qui auront assisté au rassemblement du groupe rue du 18 juin, et qui auront ensuite cheminé vers la Mairie, auront pu constater l'ambiance paisible et déterminée à la fois qui régnait. Les choses se sont un peu dégradées une fois à la Mairie, la litanie anti opposition qui nous a été sortie étant totalement déplacée et hors sujet ...
    La campagne électorale est derrière nous pour les promesses, et pas encore devant nous pour les futures élections.
    De l'art d'être totalement décalé !
    Par ailleurs, si on ajoute le très faible taux d'élus présents, on s'aperçoit très vite, en réalité, que désormais non seulement nous naviguons à vue et donc au petit bonheur la chance, mais qu'en plus l'équipage a perdu tout esprit de solidarité.
    Au delà des difficultés auxquelles semble se heurter notre équipe municipale, et son capitaine, il y a vraiment de quoi s'inquiéter pour leurs pauvres successeurs !
    Même si ce sont les mêmes, je les plains ! ;-))
    Car, en effet, dans quel état vont ils trouver les comptes ...

    Autre symbole de cette pleine page dans Oise Hebdo, tout ce qui fait parler d'Orry n'est pas initié par la municipalité, non, mais par des associations dont le moins que l'on puisse dire c'est qu'elles ne sont pas soutenues.
    Là aussi, c'est un fait.