Réunion publique de la Municipalité

Partagez cet article!

Pour la seconde fois en 2 ans, la municipalité a organisé vendredi 25 mars au soir une réunion publique.

Peu de monde (une trentaine de personnes) était présent : avec la date choisie (en plein week-end de Pâques) et le peu de publicité qui en avait été fait, il ne fallait pas s’attendre à avoir beaucoup plus de monde…

 

De nombreux sujets étaient à l’ordre du jour :

le PLU, les ventes, la construction de logements, l’avancement des projets (en particulier le dojo, le projet culturel, la Prairie d’Aumale)...

 

De manière générale, l’ensemble des sujets a plutôt été survolé que vraiment présenté en détail, bien que certains sujets l’eussent mérité.

Nous avons retenu que la municipalité était particulièrement satisfaite de son action, estimant qu’elle impulsait une vraie dynamique à Orry-la-Ville.

 

Nous avons retenu également les points suivants :

 

  • Les logements 

• 5 ou 6 logements seront réalisés derrière la nouvelle école maternelle (terrain envisagé un temps pour un jardin pédagogique)

• 58 logements seront construits devant la nouvelle école maternelle sur les terrains vendus à un promoteur par la mairie et une trentaine sur les parcelles vendues par des particuliers (il s’agira de logements du secteur privé)

• d’autre part 48 logements aidés seront construits rue du vieux chemin de Coye (ex école coréenne)

• 2 maisons seront construites aux Pâturages sur un terrain vendu par la mairie

 

Commentaire :

 

Monsieur le Maire s’est attaché à « vendre » son projet de logements, en vantant l’aspect esthétique, le prix, les taux bas, le bon moment pour acheter, etc… à tel point qu’il lui a été rappelé qu’il n’était pas promoteur…mais maire de la Commune…

A par ailleurs été passée sous silence la dizaine de logements envisagée rue d’Hérivaux par La Sablière.

Nous arrivons ainsi à près de 150 nouveaux logements, sans compter les quelques constructions individuelles réalisées par des particuliers chaque année !

Pour justifier cette « course aux constructions », M. le Maire a mis en avant le fait que la commune allait être assujettie à des pénalités car elle ne possède pas suffisamment de logements sociaux.

Pourtant la majeure partie des logements prévus ne seront pas des logements sociaux !! Où est la logique ? De plus en ayant vendu toute la réserve foncière de la commune il sera totalement impossible d’envisager de nouveaux logements sociaux ou équipements collectifs sauf à racheter des terrains !

Pour notre part nous déplorons fortement que notre village soit ainsi bétonné. Si nous pouvons entendre qu’il y a des besoins et des contraintes, il est lamentable de voir notre municipalité incapable de s’opposer à ces projets. D’autant plus que les promesses de campagne de l’équipe aujourd’hui en place indiquaient le contraire…

 

  • Le projet Dojo 

Présenté de façon assez succinct, le projet de salle (voir perspective ci-dessous) situé devant la salle polyvalente représente quasiment un coût de 1 million d’euros (y compris la réfection des vestiaires, l’extension de la zone de stockage et la réfection des canalisations) ; les travaux devraient commencer à la rentrée 2016.

 

  • Le projet culturel phase 1 

Abordé de façon encore plus succincte, il a juste été annoncé qu’il s’agissait d’une extension de la médiathèque actuelle sur une partie de la place des pompiers et une extension de la salle des rencontres par la construction d’une salle devant l’entrée actuelle.

 

Commentaire :

 

Le coût du projet Dojo est excessivement élevé, les personnes présentes à la réunion n’ont pas manqué d’interpeller le maire sur ce sujet! Quant au projet culturel aucun coût ni aucune idée directrice n’ont été présentés ; la répartition sur des bâtis existants à réhabiliter est logiquement très onéreuse (sans parler des coûts de fonctionnement ultérieurs) : il nous faut sans doute s’attendre au pire !!

 

Concernant la fiscalité, M. le Maire a dit qu’il était hors de question de baisser les impôts, même si l’État vient d’annoncer qu’il renonce à baisser les dotations des collectivités.

Monsieur le Maire a reconnu que l’augmentation des impôts était contraire à ses promesses de campagne, mais s’est justifié en disant que « nous avons découvert à notre arrivée beaucoup de choses qui nous avaient été cachées. » Fin de citation.

 

Pour commenter sans que votre nom apparaisse, veuillez cliquer sur Déconnexion Jimdo tout en bas de la page

Écrire commentaire

Commentaires: 5
  • #1

    sv (jeudi, 31 mars 2016 12:37)

    Le projet de "dojo" n'est pas seulement cher, il est également très laid...
    Encore un pas en direction de la "banlieuisation" d'Orry.
    Allez faire un tour rue des fraisiers, regardez le Cinédori avec l'espace vert arboré devant la salle polyvalente, et dites vous qu'à la place il y aura ce bâtiment inutile...

  • #2

    Martin (vendredi, 01 avril 2016 22:12)

    Adieu marchés campagnards, marché de Noël ou encore brocante sur ce petit espace de verdure !

  • #3

    pfffff (lundi, 04 avril 2016 14:14)

    soyons clair et pas médisant
    A cet endroit précis il y a 3 voir 4 commerçants maximum lors du marché de Noel et du marché campagnard .
    Il est certain que nous leurs trouverons une place .
    2 manifestations par an , au regard du nombre d'adhérents des associations qui utiliseront toute l'année cet espace; je crois qu'il faille raison garder.

  • #4

    sv (mardi, 05 avril 2016 00:56)

    Le problème n'est pas seulement le marché de Noël ou le marché campagnard.
    Le problème c'est que c'est très moche, que ça prend la place d'un espace vert, que ça fait partie d'un ensemble (constructions à La Chapelle en Serval, 180 nouveaux logements à Orry, etc) qui transforme notre joli village en une petite ville de banlieue sans charme. J'avoue ne pas très bien comprendre qui, à part les promoteurs immobiliers, a intérêt à ce bétonnage.

  • #5

    Yves Mineraud (mercredi, 06 avril 2016 11:56)

    Qu'il faille "raison garder" ?
    Elle est très bonne !
    C'est vrai qu'avec ce bidule à priori moche, à coup sûr hors de prix, bâti sur un carré d'herbe qui ose encore se montrer l'insupportable provocateur, on peut se glisser aisément dans la peau de Jacques Chirac pour en reprendre les célèbres maximes.